Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Informations et Actualités du Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg
 Recherche
 x Recherche
avancée
  Home | Nouveautés | Liens | Vos réactions | Contact Aide | Index | A propos du site
   toolmenu_corner   ImprimerEnvoyer à

> home > La planification de la mobilité > La stratégie MoDu > La stratégie MoDu en détail

La stratégie MoDu en détail

Vers le niveau supérieur

MoDu - Modes de transport

P&R

-

Bus

-

Pôles d'échange

-

Automobiliste

Tram

-

Train

-

Télématique

-

Cycliste-Piéton

Partant des constats en terme mobilité, le Ministère du Développement durable et des Infrastructures a décidé d’élaborer une stratégie intégrée de mobilité dite « »MoDu» » qui se donne les quatre objectifs principaux suivants :

Objectif 1 : Aménagement du territoire:

  • Mettre en œuvre le principe « ville des courtes distances »
  • Arriver à une meilleure mixité des fonctions « logement », « travail » et « loisirs » [p.ex. rapprochement entre le lieu du domicile et le lieu du travail]
  • Assurer un urbanisme compact et dense
  • Réduire par-là toute génération de trafic à la source

Objectif 2 : Mobilité douce:

  • Réduire les transports motorisés en augmentant la part de la mobilité douce dans les trajets quotidiens et surtout pour les trajets de courte distance.
  • Atteindre, d’ici l’horizon 2020, un partage modal de 25% pour la mobilité douce

Objectif 3 : Transports en commun

  • Offrir un transport en commun attractif incitant les utilisateurs à effectuer un bon nombre de leurs déplacements motorisés par le biais des transports publics.
  • Atteindre, d’ici l’horizon 2020, que 25% des déplacements motorisés se fassent par les transports en commun

Objectif 4 : Favoriser une utilisation alternative de la voiture

  • En promouvant des éléments comme la gestion du stationnement, les P+R, le covoiturage ou encore l’autopartage et l’électromobilité l’usage de la voiture privée ne sera plus nécessairement synonyme d’un déplacement unimodal et monopersonnel depuis la source jusqu’à la destination.
  • En combinaison avec un transport en commun attractif, ces éléments permettent un rabattement d’une partie importante des automobilistes sur les transports publics et cela dès que possible et au plus proche de leur lieu de départ.

En vue d’atteindre ces objectifs politiques, il faut offrir aux usagers une alternative à l’automobile, laquelle constitue actuellement le mode de transport largement privilégié par la majorité de la population pour la majeure partie des déplacements. La situation actuelle dans le domaine des transports, et en particulier les impacts sur l’environnement, ne peut, en effet, perdurer.

Compte tenu de l’ensemble de ces éléments, la stratégie « »MoDu» » répond aux besoins en mobilité en misant sur la complémentarité entre les différents modes de transport et non sur la concurrence.

Ainsi, cette stratégie vise la mise en œuvre cohérente de chaînes de mobilité efficaces se basant sur un réseau de transports publics performant et dont le principe est de combiner plusieurs modes de transport, de la manière la plus efficiente possible.

Chaîne de mobilité

Aujourd’hui déjà, le Grand-Duché dispose d’un réseau de transports publics performant, desservant plus de 90% de la population avec une offre cadencée au minimum à l’heure, et dans de nombreux cas à la demi-heure, voire même toutes les 10 à 20 minutes. Aujourd’hui déjà, presque toute la population peut profiter d’une multitude de chaînes de mobilité. Elles donnent la possibilité d’utiliser différents moyens de déplacement qui se complètent au lieu de se concurrencer, tels de véritables maillons d’une chaîne de mobilité individualisée. Chaque moyen de transport a selon l’environnement qu’il traverse des avantages ou des désavantages et il s’agit donc de combiner au mieux les avantages de chacun des modes en fonction des besoins spécifiques. Ainsi, le ou les modes de transports à combiner peuvent donc être différents en fonction des besoins de chaque utilisateur, de son point de départ et d’arrivée, de l’heure pendant laquelle il veut se déplacer, etc.

L’application d’une chaîne de mobilité efficace n’est pas compliquée. Elle repose sur la notion de réflexes à avoir. Le premier consiste à privilégier la mobilité douce comme base de tout déplacement sur les courtes distances. Quand elle n’est pas praticable, le second réflexe devrait être l’utilisation des transports en commun. Ceux-ci peuvent être composés de plusieurs maillons permettant d’atteindre une destination. Ainsi, il peut s’avérer utile de changer de bus ou de train pour atteindre sa destination. Le troisième réflexe consiste en l’utilisation d’un moyen de transport motorisé individuel, comme la voiture ou la moto. Son utilisation est souvent abusive. Il importe donc de porter la réflexion, bien plus que par le passé, sur une utilisation adéquate, par exemple dans le cas de déplacements à multiples destinations ou afin de rejoindre un mode de transport collectif via un P+R.

La stratégie de mobilité

Modes de transport

Mobilité douceLa mobilité douce constitue l’un des principaux piliers de la mobilité durable telle que comprise par la stratégie « MoDu », puisque l’objectif visé est que 25 % des déplacements quotidiens se fassent par le biais de la mobilité douce. Dans ce sens et en vertu de la création de villes et de villages répondant aux exigences d’une qualité de vie de haut niveau, la stratégie prévoit la création de réseaux performants, cohérents et complets pour la mobilité douce. Elle se base sur le Plan national d’action pour la mobilité douce publié en 2008 et qui définit la marche à suivre en vue de la promotion de ce mode de transport écologique et respectueux de l‘environnement humain et naturel. Un nouveau cadre réglementaire sera mis en place par une nouvelle loi relative au réseau national de pistes cyclables dans le cadre de la promotion de la mobilité douce, dont l’avant-projet a été présenté en date du 1er juillet 2013.

Compte-tenu, d’une part, de la demande croissante dans le domaine des transports publics, et, d’autre part, de l’évolution polycentrique de la Ville de Luxembourg, «MoDu» propose une réorganisation multimodale des transports en commun tant au niveau national que transfrontalier, ayant pour but d’améliorer l’accessibilité, de réduire les temps de parcours moyens et de permettre une mise en œuvre plus efficace des ressources existantes.

TrainDans cette optique la stratégie « »MoDu» » s’appuie au niveau national sur le réseau ferré en tant qu’épine dorsale du réseau des transports en commun. Ce dernier propose, en effet, une rapidité, un confort et une pérennité sans pareil. Ainsi, afin de pouvoir offrir une desserte par train, «MoDu» prévoit de renforcer le réseau ferré actuel par la réalisation de nouvelles lignes ou extensions de lignes (p.ex. nouvelle ligne entre Luxembourg et Bettembourg ou la mise à double voie de la ligne Luxembourg-Pétange) ainsi que l’amélioration du concept d’exploitation y relatif.

Le rabattement vers le train est assuré par les bus dont un accès direct vers les gares les plus proches devra être garanti.

En revanche, les régions qui se situent plus à l’écart des axes ferroviaires seront pourvues de lignes de bus express desservant directement les principaux pôles. Tout comme pour le train, ces lignes de bus express ont pour priorité d’assurer une fonction de liaison, et non une fonction de ramassage régional, afin de rester compétitives en matière de temps par rapport à la voiture individuelle.

Concept bus

TélématiqueUn tel système national train-bus nécessite également la mise en place d’un système intelligent d’information et de communication pour les transports en commun afin de garantir une plus grande fiabilité de l’offre de transport public sur le plan des horaires et des correspondances à respecter. Dans cette hypothèse, «MoDu» prévoit la mise en place d’un système de télématique qui permettra non seulement d’assurer les correspondances mais également la mise à disposition aux clients d’informations en temps réel, par Internet, par téléphone mobile ou par affichage aux haltes des transports publics ainsi qu’à l’intérieur des modes de locomotion. La télématique permet, en outre, la mise à disposition d’outils de gestion et de supervision aux organisateurs ainsi qu’aux exploitants des transports publics et la mise en œuvre d’une billettique électronique adaptée aux plus récentes évolutions technologiques.

P+RForce est toutefois de constater que des phénomènes tels que l’urbanisation diffuse, surtout dans les zones rurales, ne permettent pas toujours d’assurer une bonne desserte en matière de transport en commun, faute notamment d’une densité démographique suffisante. Dans ce cas de figure, « »MoDu» » propose une solution permettant de combiner l’utilisation de la voiture privée et les transports en commun, c’est-à-dire d’appliquer le principe de la chaîne de mobilité en utilisant les sites Park+Ride. Les navetteurs peuvent ainsi basculer vers un mode de transport, bus ou train, qui est rapide, confortable, souvent priorisé et donc moins concerné par les nombreux embouteillages aux heures de pointe et éviter également de la sorte la recherche d’une place de stationnement à leur destination.

Réseau P&R

BusDans cette optique, «MoDu» prévoit des facilités pour le transport par bus tant au niveau des pénétrantes vers les principaux centres de développement et d’attraction qu’au niveau du réseau interne de ces mêmes centres.

Parallèlement à la mise en place d’une offre performante des transports en commun, il importe également de gérer de manière plus restrictive le stationnement automobile à la destination de manière à promouvoir l'utilisation des transports collectifs et les déplacements non motorisés, ceci en particulier au niveau des déplacements vers les lieux de travail.

Voiture«MoDu» tient également compte du fait qu’à côté de la mobilité douce et des transports en commun, le trafic individuel motorisé continuera à jouer un rôle important à l’avenir, en complément des autres modes de déplacement. S’y ajoute que sur certains trajets ou à certaines heures, il est impossible d’offrir une alternative concurrentielle à la voiture individuelle. Ceci implique qu’il faudra également adapter le réseau routier. Ainsi, créer de nouveaux contournements de localités entraîne un soulagement de celles-ci du point de vue trafic ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie de leurs habitants. Réaliser ou étendre un axe routier permet également de libérer des voies pour les transports en commun qui ne seraient plus pénalisés par les goulots d’étranglement causés par le trafic individuel. C’est pourquoi, la stratégie pour une mobilité durable retient également la réalisation de certains projets routiers ou extensions de projets routiers qui sont jugés prioritaires. La stratégie « MoDu » entend également développer la mobilité électrique tout en y associant de nouveaux concepts d'utilisation de la voiture comme l'auto-partage et le covoiturage.

Pôles d'échangeAu niveau de la Ville de Luxembourg et de sa proche périphérie, la stratégie «MoDu» apporte un changement fondamental. En effet, l’objectif est de désengorger les deux principales portes d’entrée de la capitale, à savoir la Gare Centrale et l’Hamilius, en ce qui concerne le bus, respectivement le train. Il s’avère, en effet, indispensable de remédier à ce problème de saturation extrême, d’autant plus que le nombre de voyageurs va s’accroitre davantage et que les deux pôles d’échange susmentionnés connaîtront des réaménagements considérables, de sorte que les transbordements trains-bus et bus-bus, voire train-tram et bus-tram ne pourront plus être effectués intégralement au niveau de ceux-ci.

A cet égard « »MoDu» » développe l’idée de créer de nouveau pôles d'échanges périphériques et péricentraux. Ces pôles auront pour tâche principale de mieux répartir les flux à l’entrée de la capitale et seront reliés entre eux par le tram, qui bénéficiera de voies propres et pourra ainsi garantir un transport en commun confortable, ponctuel et à haute capacité au niveau du territoire de la Ville de Luxembourg. L’émergence de nouveaux pôles d’échange à Howald, Hollerich et sous le Pont Rouge permettra de rapprocher le train de la capitale favorisant ainsi la mobilité douce pour parcourir la fin de trajet jusqu’à destination. S’y ajoute que lesdits nouveaux pôles d’échange permettront également des transbordements train-bus ou bus-bus pour accéder à des zones périphériques du centre-ville qui constituent d’importants pôles d’emploi, sans devoir passer par le Centre-Ville.

Concept actuel et concept futur

La démultiplication des interconnexions au niveau de la capitale permet de passer d’un système de transport en commun en forme d’étoile vers un système en forme de maillage fournissant ainsi une réponse à la forte croissance polycentrique de la Ville et de sa périphérie et aux besoins croissants de mobilité de ces espaces périphériques. Ce maillage raccourcit les distances et augmente la redondance du réseau en cas de problèmes.

TramCe système en forme de maillage est complété par le tram qui au niveau des différents pôles d’échanges prendra en charge les voyageurs train et bus afin de les transporter confortablement vers les principaux pôles de développement de la Ville de Luxembourg, renforçant ainsi les liens entre les différents quartiers. Le tram augmentera, au fur et à mesure de son extension, la capacité des transports en commun et remplacera les nombreux bus qui circulent actuellement sur l’axe principal de la Ville. Rappelons que le désengorgement de cet axe, et notamment celui de l’avenue de la Liberté, est essentiel, entre autres, d’un point de vue environnemental, puisque cette avenue présente un taux très élevé d’émission de particules nuisibles pour la qualité de l’air et donc pour la santé des citoyens.

Le tram, qui fonctionnera à l’électricité et remplacera les bus responsables pour près de 58% des émissions de NO2 à la Place de Paris, aura un impact positif évident sur l’environnement. Le tram améliorera donc les transports urbains en offrant une capacité de transport pour 9000 voyageurs par sens et par heure, contre 3000 passagers pour le bus, pour une cadence de 3 min. En facilitant les échanges intermodaux grâce à sa complémentarité avec les réseaux urbains, interurbains et tangentiels ainsi qu’avec le réseau ferré, le tram rendra les déplacements en transports en commun plus rapides et plus agréables.

Desserte polycentrique

La fonction de connectivité entre les différents pôles de développement sera complétée par de nouvelles lignes de bus tangentielles reliant les pôles d’échanges Hollerich, Howald, Place de l’Etoile, Gare Centrale et Höhenhof avec les points d’échange bus, plus éloignés du Centre-Ville comme Dommeldange, Cents et Bertrange-Tossebierg qui assurent des correspondances efficaces entre différentes lignes de bus. En dehors de l’agglomération de la Ville de Luxembourg, d’autres points d’échange bus verront le jour tels qu’à Junglinster, Quatre-Vents et Moutfort, afin d’optimiser la desserte de celle-ci par les bus interurbains.

Ainsi les navetteurs bus, en provenance des régions rurales du Grand-Duché, n’auront plus besoin de passer par le Centre-Ville pour rejoindre les différents pôles de développement, mais pourront déjà au niveau du territoire des communes limitrophes de la Ville de Luxembourg changer de ligne de bus, leur apportant ainsi un gain de temps considérable.


 Pour en savoir plus ... Pour en savoir plus ...
   Liens internes
  * La stratégie MoDu
   Téléchargements internes  Formats
  * Informationsbroschüre MoDu (A3 Dokument)  PDF (8808 Ko)
  * Brochure d'information MoDu (document A3)  PDF (8683 Ko)
  * Brochure « Stratégie globale pour une mobilité durable - pour les résidents et les frontaliers » (version intégrale)  PDF (19436 Ko)

Haut de page

Copyright © Département des transports   Aspects légaux | Contact